• Ayurvéda Massages et Voyage intérieur Par Marina Pellegri,

    Née en Inde il y a plus de 5000 ans, cette «science de la vie», comme le signifie son étymologie en sanskrit (ayu «vie» et veda «connaissance, science») est toujours pratiquée et enseignée de nos jours dans son pays d’origine. Elle tient ses enseignements d’écrits millénaires regroupant toutes les connaissances perçues par l’introspection et la
    méditation des Rishis, les clairvoyants de l’époque.

    L'Ayurvéda est avant tout un système médical complet. Ouverte au monde voilà quelques années, des médecins occidentaux, des thérapeutes et des chercheurs s’y sont intéressés, l’ont étudiée et incorporée dans leur pratique professionnelle. Reconnue par l’OMS (Organisation mondiale de la santé), elle s’avère être une précieuse associée dans les diverses approches thérapeutiques.

    Principes de base et Tridosha

    Dans cette perspective de santé qu’elle définit comme l’équilibre physique, psycho-émotionnel et spirituel (corps - âme- esprit) de l’être humain dans un rapport harmonieux avec son environnement social et naturel, l'Ayurvéda se base sur l’observation de la constitution humaine (Prakruti) faite des 5 éléments primordiaux:
    L’Ether (ou Espace) - l’Air - le Feu - l’Eau - la Terre auxquels sont rattachés les 5 sens:
    L’Ouïe – le Toucher - la Vue - le Goût - l’Odorat
    Répartis dans 3 doshas nommés trois principes fondamentaux, ou humeurs, qui sont:
    - Les éléments Ether et Air, régis par Vata, dosha du mouvement;
    - Les éléments Feu et Eau régis par Pitta, dosha de l’assimilation et de la transformation;
    - Les éléments Terre et Eau régis par Kapha, dosha de la structure.

    Ces 3 bioénergies - Vata – Pitta - Kapha – gouvernent toutes les fonctions biologiques, psychologiques et physio-pathologiques du corps. Lorsque l’équilibre de ces doshas est perturbé sous l’effet d’une pensée, d’un acte ou d’un événement, les symptômes de la maladie peuvent apparaître. Pour préserver ou retrouver cet équilibre originel, la praticienne s’adresse à la personne d’une manière globale en recherchant son profil bioénergétique (dosha) et en apportant des recommandations ou des pratiques thérapeutiques applicables au quotidien, une diététique appropriée, des exercices physiques ou spirituels (méditation, yoga …).

    Plus qu’une technique, cet art du toucher comprend principa- lement des massages aux huiles chaudes et vise toujours à la création de la santé et non uniquement à l’effet thérapeutique. Il recourt à des remèdes naturels (sons, plantes et minéraux), utilisant avec respect et finesse l’intelligence de la nature. Après les 15 minutes nécessaires à l’anamnèse, entrons maintenant au cœur du...

    Voyage intérieur avec le Mahabhyanga – Le Grand Massage (Abhyanga, embaumement en sanscrit)

    Les senteurs aromatiques embaument l’air, imprégnée par la synergie choisie, assise face à la

  • Photo ©Marina Pellegri

    fenêtre, les pieds dans l’eau, l’huile chaude s’écoule doucement sur le sommet du crâne, recevant les premiers mouvements du toucher ayurvédique.

    Les pensées parasites s’estompent, s’évaporent, reviennent, repartent et passent au travers du cerveau, s’imposant de moins en moins. La Porte qui mène au cœur de soi s’entrouvre et l’envie d’y entrer devient naturelle. Après le dos, le soin au visage précède le séchage des pieds.

    L’envie de se coucher devient impérative, le corps commence à relâcher ses tensions. Sur la table de massage, les bouillottes chaudes ont climatisé les linges. La personne se couche, le corps se pose, l’esprit se relâche, la confiance et le lien thérapeute-patient s’installe. Au contact du sacré, les mouvements se suivent, telle une mise en parfaite synchronicité entre le microcosme que nous sommes et le macrocosme, tout l’univers se retrouve dans ces cellules infinitésimales. Des mains, l’huile tempérée coule dans le nombril, elles se posent, massent et adaptent chaque pression, chaque mouvement. Le massage se termine par les pieds, réunifiant corps-âme-esprit en Un.

    En Ayurvéda, un massage aux huiles chaudes parfumées prévient les signes de vieillesse parce qu’il nourrit en profondeur les sept tissus (dhatus) du corps humain. L’huile chaude détend et stimule le flux énergétique, la lymphe, la circulation sanguine et le métabolisme, nourrit et régénère les tissus et aide à éliminer les toxines. L’organisme en général, et le système immunitaire en particulier, sont renforcés. Il relaxe profondément les muscles et les nerfs, approfondit la respiration et équilibre Vata, Pitta, Kapha.

    Les soins proposés visent au bien-être et à la relaxation du corps. Ils relèvent de la prévention et ne peuvent en aucun cas remplacer un suivi médical en cas de problèmes de santé. L’Ayurvéda en tant que «système de soins» fait partie d’une pratique découlant du chamanisme, car liant et équilibrant L’ESPRIT AU CORPS, à travers les 5 éléments.

    Ici ce n’est pas la fin, mais le début d’une aventure à la découverte de la santé parfaite. 

    1) Nalin Pan, Ayurveda: The Art of Being, DVD, Kino International 2004. Lad Vasant, Ayurvéda, Science de l’Autoguérison, Guy Trédaniel 1997. Chopra, Deepak, La Santé Parfaite - Guérir, rajeunir et vivre heureux avec la médecine indienne, J’ai Lu, Préface de Kiran Vyas, 2006. Parution Revue HOZHO No 9 - Hiver 2012, p.9. (www.hozho.ch) Modifié 07.2016 Revue APTN (www.aptn.ch) © Révision le 09.10.2016 pour ce site©